Collections historiques

Homme, femme et  seauLa collection historique du Fort regroupe quelque 15 000 objets représentatifs de la culture matérielle du Fort. La majorité de ces objets sont des articles fonctionnels, comme de la verrerie, des meubles, des outils et des ustensiles. Certaines des œuvres, par contre, sont étonnamment ouvragées, compte tenu de l'emplacement du Fort dans la nature sauvage et de l'époque où elles ont été créées. Des objets originaux datant du début du dix-neuvième siècle (qui ne proviennent cependant pas du Fort lui‑même) représentent environ la moitié de notre collection, tandis que l'autre moitié consiste en des reproductions. Nombre de nos reproductions ont été créées par les artisans du Fort, comme notre forgeron, notre tonnelier, notre armurier, notre ferblantier et notre charpentier. Certains éléments en vedette dans notre collection diversifiée comprennent les canots en écorce de bouleau - embarcations essentielles pour l'exploitation du commerce des fourrures, un attelage de chevaux de trait utilisés pour les travaux à la ferme du Fort, ainsi qu'une reproduction d'une collection de portraits de dignitaires de la Compagnie du Nord‑Ouest et d'autres personnalités historiques éminentes. La richesse de la collection est étoffée par notre autopompe d'époque pleinement fonctionnelle et par une machine à électrifier étrange et quelque peu intimidante autrefois utilisée pour soigner une incroyable quantité de maux.

Autopompe

Équipage d’autopompe

Dans le relevé préparé par le docteur John Allen en 1816, le premier article figurant dans l'inventaire des outils du Fort était « 1 autopompe - 70 ₤ ». Il s'agit de la première autopompe documentée au Canada à l'ouest de Sault Ste. Marie. Aucune description de cet appareil de lutte contre les incendies en particulier n'a été trouvée dans une source documentée. Cependant, les autopompes utilisées dans les installations comme Fort William figuraient presque certainement parmi les modèles courants de pompes manuelles munies d'un réservoir sous pression et surmontées d'une longue buse en laiton.

Lire la suite...

La machine à électrifier

Machine à électriserLa grande époque de l'électricité médicinale a commencé avec le développement de la machine à électricité statique à la fin du 17e siècle et a atteint son apogée à la fin du 19e siècle. Bien que l'électricité médicinale ait été associée à beaucoup de charlatans, elle comptait aussi certaines applications très utiles.

Lire la suite...

Chevaux de trait

horse_cart_ride.png

Les chevaux comptaient parmi les animaux les plus nombreux aux postes de la Compagnie du Nord-Ouest, particulièrement dans les prairies de l'Ouest, où ils étaient utilisés comme moyen de transport privilégié et pour la chasse de gros gibier, en particulier le bison. Au Fort William, les chevaux servaient aussi au transport, mais ils étaient surtout utilisés pour tirer des charrettes et pour le labourage. Le Fort William était unique en son genre, car il était le seul poste de la Compagnie du Nord‑Ouest doté d'une ferme d'une certaine envergure; les chevaux y étaient essentiels pour la plantation et la récolte. Le journal du poste du Fort William publié pendant les années 1800 mentionne également que des chevaux étaient utilisés pour tirer des billots de la forêt et de la glace des lacs.

Lire la suite...

Canots

Portage de canoë

Le Parc historique du Fort William possède une collection de quelque 22 canots en écorce de bouleau construits par le maître fabricant de canots du Fort, Dave Brown, et ses adjoints. Contrairement à la plupart des éléments contenus dans des collections historiques, nos canots sont régulièrement utilisés par les voyageurs et les visiteurs du Fort, ainsi que par les enfants qui participent à nos programmes éducatifs. Dave et les autres artisans du Fort utilisent des matériaux et des techniques couramment utilisées au début du dix‑neuvième siècle pour créer des objets authentiques qui étaient d'usage courant dans le Fort William original. Le canot en écorce de bouleau est un objet d'une importance particulière dans la collection du Fort, car il a permis la création et le développement du commerce des fourrures en Amérique du Nord.

Lire la suite...