L’Entrepôt des fourrures

L'Entrepôt des fourrures est constitué de trois entrepôts où sont rangées les fourrures. Le plus grand se trouve du côté est de la Place Centrale et les deux autres, plus petits, sont situés à l'arrière de celui‑ci. On appelle aussi cet ensemble les « entrepôts de ballots », d'après l'expression utilisée par les commerçants de fourrures pour désigner un ballot de fourrures pressées pesant 40,5 kg. Il s'agit là du poids normal des pièces, les paquets que l'on transporte en canot, ou à dos pendant les portages.

Chaque été, les fourrures récoltées par les postes de traite de la Compagnie du Nord‑Ouest sont acheminées au Fort William. Aux magasins de ballots, ces fourrures sont déballées et évaluées, puis elles sont séchées, nettoyées, triées et pressées de nouveau en ballots de 40,5 kg pour leur expédition à Montréal. De Montréal, la plupart des fourrures sont dirigées vers l'Angleterre pour la vente aux enchères annuelle.

Les chiffres que cite Alexander Henry pour l'année 1806 donnent une idée de la quantité phénoménale de peaux qui transitent par Fort William. Il ne dénombre pas moins de 77 500 peaux de castor, ce qui correspond à environ  45 014 kg, soit le tiers des recettes de cette année-là. Même si les peaux de castor surpassent en nombre les autres fourrures, la liste de Henry rend compte d'une étonnante variété d'autres peaux, dont le rat musqué, la zibeline, la loutre, le vison, le pékan, le lynx (loup-cervier), l'ours noir, l'ours grizzli, le chevreuil, le loup, le raton laveur, le bison, le renard, l'orignal et le carcajou.

Castor
La couche isolante de cette fourrure, pilier du commerce des peaux, est facilement transformable en feutre résistant et de belle apparence. Ce feutre sert à la fabrication de chapeaux hauts‑de‑forme et à brides pour les Européens sensibles à la mode.

Rat musqué
Pékan
Renard arctique
Lynx roux
Loutre
Blaireau
Carcajou
Loup
Renard roux
Renard hybride
Renard argenté
Vison
Zibeline

Peaux apprêtées
Les peaux d'orignal, de chevreuil et de bison sont qualifiées de « peaux apprêtées » et sont employées pour emballer et protéger d'autres peaux plus précieuses.

Ours

Balances
Servent à peser les fourrures qui seront mises en ballots, le poids normal d'un ballot étant de 40,5 kg.

Presse à vis
Utilisée pour compacter les piles de fourrures de 40,5 kg pour en faire des ballots plus faciles à transporter. En raison du poids et du volume de la grosse vis en fer, on ne s'en sert qu'au Fort William. Plus à l'ouest, c'est une presse à levier  qu'on emploie.