La Boulangerie et La Cuisine

L'immense four est l'élément dominant de la boulangerie. On y fait cuire des quantités énormes de pain, qu'on sert aux bourgeois dans le Grand Hall et à la cantine, là où les voyageurs reçoivent une miche de pain à leur arrivée au Fort William. On y fait aussi cuire du pain et des biscuits en prévision du voyage de retour vers Montréal ou vers l'ouest.    

Pour avoir une idée de la capacité de production de ce four, pensons seulement aux données recueillies du 16 juin au 9 août 1821. Cette année-là, il a fallu plus de 9 000 kg de farine pour préparer du pain et des biscuits.

La Cuisine
La cuisine et la boulangerie communiquent avec le Grand Hall par un passage couvert.

Dans la cuisine, on trouve un énorme foyer où l'on fait cuire les mets qui seront servis dans le Grand Hall.

Un cuisinier venant de Montréal est responsable de la préparation des aliments et est embauché pour une période de trois ans. D'autres personnes, qu'on nomme domestiques, viennent au Fort William pendant l'été. On ne leur attribue pas de tâches précises, mais elles donnent probablement un coup de main à la cuisine et dans la salle à manger et répondent aux besoins personnels des bourgeois, à savoir le nettoyage des chambres et des vêtements.

En 1821, le matériel d'une cuisine comprend des moules à gâteaux et à tartes, des fourchettes, un gril, des marmites d'étain de dimensions diverses, des poissonnières et des poêles, un fait-tout, des moulins à café et à poivre, une rôtissoire et enfin, des crochets et des chaînes permettant de suspendre les marmites.