La hiérarchie au sein de la Compagnie du Nord-Ouest vers 1815

piper_player.png

Agents
Les agents de Montréal, ou directeurs de la Compagnie, sont des marchands organisés au sein de leurs propres entreprises ou établissements de ravitaillement situés à Montréal.  Ces entreprises détiennent des actions de la Compagnie et sont responsables d'engager le personnel, d'exporter les fourrures, et d'obtenir les denrées, marchandises et provisions qu'ils expédient dans les pays d'en haut.  Ces agents reçoivent pour ces services une commission, outre le profit sur leurs actions dans la Compagnie du Nord-Ouest.

Bourgeois hivernants
Le rôle du bourgeois hivernant au sein de la Compagnie du Nord-Ouest constitue l'un des secrets de son succès spectaculaire.  Au lieu d'employés salariés qui gèrent le commerce, comme c'est le cas pour la Compagnie de la Baie d'Hudson, le commerce de la Compagnie du Nord-Ouest est administré par ses propres actionnaires. Ces derniers, appelés aussi bourgeois hivernants, passent l'hiver dans les pays d'en haut et supervisent le commerce dans un district ou « département » comportant un certain nombre de postes de traite.  Au Rendez-vous d'été du Fort William, les bourgeois hivernants rencontrent des agents venant de l'Est et aident à établir et gérer les politiques de la Compagnie.  Les bourgeois hivernants - ou propriétaires comme on les appelle aussi - détiennent une ou deux actions dans l'entreprise et votent au cours des réunions d'affaires en fonction de leurs actions, c'est-à-dire un vote par action.  L'espoir de se retirer grâce aux profits de leurs actions, ou même de devenir agent, leur fournit la motivation nécessaire en vue de poursuivre les objectifs de la Compagnie avec acharnement. 

Commis
Personne ne peut devenir bourgeois hivernant sans d'abord être commis dans les pays d'en haut.  Cela a l'avantage d'encourager les commis à travailler avec application dans l'espoir d'être élevé au titre d'associé, tout en maintenant un groupe de gérants possibles formés sur place.  Alors que les associés sont responsables de tous les départements, les commis s'occupent du commerce aux différents postes de traite et d'une grande partie de la comptabilité de la Compagnie.

Tous les commis font un apprentissage de cinq à sept ans.  S'ils ne sont pas élus associés à part entière après cette période, ils peuvent continuer à travailler pour la Compagnie en qualité de commis jusqu'au moment où ils pourront devenir associés.  La promotion n'est toutefois pas garantie : de nombreux commis exercent les mêmes fonctions jusqu'à leur retraite et perdent tout espoir d'avancement.  Il est possible que ces commis soient des marchands de fourrures moins habiles ou qu'ils manquent d'instruction.  Ou encore ils ne sont tout simplement pas favorisés par leurs supérieurs.

On doit prendre note de la nécessité d'une instruction en vue d'exécuter les tâches de la classe dirigeante ou bourgeoise.  Bien qu'ils ne soient pas nés de la noblesse, ces hommes sont capables d'obtenir leurs postes parce qu'ils peuvent lire et écrire.

Voyageurs
Les voyageurs qui assurent l'opération des brigades de canots sont les éléments vitaux de la traite des fourrures.  Ils se divisent en deux groupes géographiques : ceux qui font l'aller-retour entre Montréal et le Fort William pendant l'été et ceux qui passent l'hiver dans les pays d'en haut. Ces derniers sont considérés comme les meilleurs voyageurs et sont connus sous le nom de « hivernants » ou « hommes du nord ». Habituellement moins expérimentés que les hommes du nord, les voyageurs venant de Montréal se font appeler « mangeurs de lard » en raison de leur alimentation à base de lard salé.

Tels les bourgeois, les voyageurs se divisent en trois niveaux en matière de statut, rémunération et responsabilités.  Cette hiérarchie est bien illustrée par la position d'un voyageur à l'intérieur du canot.  Un novice commence comme « milieu »; puis il progresse vers les bouts du canot (« avant » ou « gouvernail »). Le plus haut gradé est le guide qui dirige la brigade, un groupe de trois canots ou plus.  Il assume normalement une position de maniement de la pagaie à l'avant ou au gouvernail.

Au Rendez-vous, les guides et interprètes sont les seuls voyageurs à qui l'on donne une résidence d'été à l'intérieur de la palissade.  Ils demeurent dans la Maison des guides à l'intérieur du Fort William en raison de leur statut supérieur et de leur importance dans le système de transport.  Ils ont également le privilège de manger dans le Grand Hall avec les bourgeois.

Artisans
La plupart des artisans et des ouvriers engagés par la Compagnie du Nord-Ouest sont en poste à des grands centres de traite.  Certains des postes importants de l'extrême ouest peuvent avoir un armurier ou un forgeron pour voir à la réparation des pièges et des fusils. Le groupe d'artisans le plus important est cantonné au Fort William, où se trouvent les quartiers généraux de la Compagnie dans les pays d'en haut.

Les « engagés » qui demeurent au Fort William sont embauchés en qualité d'artisans qualifiés et d'ouvriers, bien que nombre d'entre eux doivent servir de voyageurs pendant le voyage à destination du Fort.  Canadiens  français pour la plupart, ces ouvriers exploitent une ferme, pêchent, chassent, construisent et assurent l'entretien des bâtiments du Fort et fabriquent et réparent les articles de traite, les canots et les vaisseaux à voiles.

Les artisans, en qualité d'ouvriers spécialisés, jouissent d'un statut plus élevé que les voyageurs ordinaires - il est comparable à celui des guides. Même parmi les artisans, il existe une hiérarchie quant à la rémunération; les ferronniers sont habituellement mieux payés que les menuisiers.