La Ferme

Au Fort William, la ferme sert à complémenter le régime alimentaire des Nor'Westers pendant le Rendez-vous et à diminuer leur dépendance aux denrées alimentaires importées. La ferme ne signifie pas, cependant, que le Fort William soit totalement autosuffisant; il faut importer de grandes quantités de maïs et de graisse pour le Rendez-vous et pour les déplacements des voyageurs. Il faut aussi assurer le régime alimentaire de base des engagés qui passent l'année au Fort. Pendant le Rendez-vous, la ferme du Fort William approvisionne le Grand Hall en lait, beurre, œufs, légumes et viande fraîche. Les pommes de terre de la ferme aident les habitants locaux à passer l'hiver, tout comme le poisson du lac Supérieur conservé dans des barils de sel.

Les animaux d'élevage du Fort consistent en chevaux, bétail, moutons, porcs, poulets, chats et chiens. Au Fort William, on moissonne principalement des champs d'avoine, de pois, de sarrasin, de pommes de terre, de blé d'Inde, de foin et d'orge (comme l'indique le plan de 1816 de lord Selkirk). La superficie totale de la ferme originale est estimée à environ 120 acres. Il y a aussi un jardin potager imposant  à l'intérieur de la palissade du Fort.

Les styles de construction utilisés pour la ferme sont caractéristiques du Bas-Canada. Les hommes qui ont bâti le Fort William connaissaient bien ce style. La disposition des bâtiments (ainsi que les pratiques de la révolution agricole) proviennent cependant des associés écossais de la Compagnie du Nord-Ouest.

Le personnel
Les principaux travailleurs agricoles sont des engagés de la Compagnie du Nord-Ouest. Les familles des engagés, les anciens employés de la Compagnie, appelés « Canadiens libres » ainsi que les femmes autochtones travaillent comme employés de la ferme pendant les périodes d'activité intense, comme au moment des semailles ou des récoltes. De plus, il faut noter que les bourgeois de la Compagnie du Nord-Ouest s'intéressent vivement à l'agriculture; en 1815, James Taitt est activement engagé dans les travaux agricoles.

Bien que de nombreux engagés de la Compagnie du Nord-Ouest postés au Fort William doivent travailler à la ferme (à divers degrés de régularité), il ne nous reste aucun contrat de la Compagnie faisant état de l'embauche d'hommes expressément pour des travaux agricoles. La plupart des engagés postés au Fort William ont dû travailler à la ferme à un moment donné, mais non de façon régulière. Parfois, tous les engagés disponibles travaillent à la ferme, en masse, comme au moment des foins en août. Bon nombre des engagés postés au Fort William ont des épouses et des enfants métis.

L'écurie et l'étable
Ce bâtiment se trouve à l'est de la Place de la ferme, et loge les animaux de trait. Les taureaux sont gardés à l'écart du troupeau jusqu'à la période de reproduction pour veiller à ce que les veaux naissent seulement au printemps. Poutres et matériaux de remplissage constituent la charpente du bâtiment. Le sol est fait de terre battue tassée, mais quelques stalles ont un plancher en bois, ce qui aide au nettoyage. L'hiver, on mène le troupeau de vaches à l'intérieur, jusqu'au printemps.

La porcherie et la bergerie
Ce bâtiment loge la plupart des petits animaux du Fort William, y compris les moutons, les porcs, les poulets et, traditionnellement, les veaux. Munie d'un fenil, c'est-à-dire d'un grenier pour les foins, la porcherie-bergerie peut aussi servir à entreposer le foin et la paille. Puisque les petits animaux ne peuvent pas générer autant de chaleur que les gros animaux, le fenil aide à conserver à l'intérieur le peu de chaleur générée par les petits animaux. Ce bâtiment est recouvert de plâtre à stuc à l'intérieur, ce qui le protège bien des vents du nord.

La grange de remisage
Cette grange est plus ou moins un endroit à débarras à la ferme du Fort William. Comme l'indique son nom, ce bâtiment sert d'entrepôt pour tout l'équipement utilisé à la ferme, mais ce n'est pas là sa seule fonction. On y entrepose des gerbes d'avoine et du foin coupé dans le grenier. Cette grange possède le seul plancher de bois de la ferme, soit l'aire de battage. Des cellules à grains se trouvent d'un côté du plancher et une faucheuse de l'autre côté. Quand une pièce d'équipement tombe en panne, cette grange se transforme en atelier de réparation. Elle contient aussi un établi qui est muni de nombreux outils.  Au moment de la récolte, on pend les haricots, pois et autres grains en bottes aux fins de séchage.

La grange des vaches taries
Voilà le bâtiment qu'on nomme actuellement  la grange « moderne ». Cette grange logeait probablement divers animaux d'élevage tels des bovins laitiers, des génisses, des veaux d'un an, des taureaux et probablement, au besoin, tout excédent de vaches taries de l'étable. Tous ces animaux sont confinés dans des stalles.

La grange à foin
D'autres bâtiments servent aussi à l'entreposage du foin, mais c'est ici qu'on entrepose la majeure partie du foin. Ce bâtiment a été transformé en toilettes publiques. Il arrive qu'on y fasse référence comme étant le bâtiment no 37. Traditionnellement, les murs de la grange à foin n'étaient pas colmatés, puisque le foin entreposé nécessite une bonne ventilation, sans quoi il risque de moisir.

La laiterie et la glacière
C'est à la laiterie qu'on transforme le lait des bovins laitiers en beurre. On baratte environ 2 000 kg de beurre au Fort William; ce beurre sert à diverses fins. Quand les voyageurs arrivent au Rendez-vous, on leur donne de quoi se régaler, soit « une chope de Brandy, un pain pesant quatre livres, et une demi-livre de beurre ». On peut aussi se procurer du beurre à la cantine de la Place Centrale. Au Grand Hall, on sert de très grandes quantités de beurre pour les repas des associés, commis, guides et interprètes.

La glacière sert à préserver la viande au frais pendant les mois d'été et peut-être aussi des produits laitiers. Au début du XIXe siècle, la glacière représente l'un des rares moyens de réfrigération.  De petites cavernes ou caves à légumes creusées dans le sol servent à préserver les légumes pendant l'hiver. Les murs de la glacière sont recouverts de mortier, et les murs et le plafond sont isolés avec soin.