Le Ferblantier

La majorité des ferblantiers engagés par la Compagnie du Nord‑Ouest proviennent de Montréal ou de ses faubourgs, surtout du faubourg Saint‑Laurent. La plupart sont Canadiens français.

En Europe, selon les règles séculaires en vigueur dans les guildes, les apprentis doivent travailler sept ans sous la surveillance d'un maître artisan avant de devenir compagnons. En Amérique du Nord, où les guildes n'ont jamais exercé une influence aussi grande sur les métiers, la durée de l'apprentissage varie considérablement, souvent en fonction de la demande. Plus la demande est forte, plus la période d'apprentissage est courte. Parfois, elle ne dure que quatre ou cinq ans.

Vers 1815, il arrive de plus en plus fréquemment que les apprentis reçoivent une certaine formation scolaire. Environ 5 p. 100 des parents canadiens-français et 64 p. 100 des parents d'origine britannique demandent que les contrats d'apprentissage de leurs enfants prévoient une telle formation. Les apprentis qui en bénéficient doivent assister à des cours, le soir, jusqu'à ce qu'ils aient appris « la règle de trois » (lecture, écriture et calcul). Plusieurs des artisans qui travaillent au Fort William savent donc lire, écrire et compter. 

Le plus souvent, l'artisan engagé par la Compagnie du Nord-Ouest est un compagnon qui vient de terminer son apprentissage et cherche à amasser le capital nécessaire pour s'établir à son compte.

Les artisans du Fort William signent habituellement des contrats de trois ans; quelques-uns s'engagent pour quatre ans, d'autres pour une seule saison. Un des ferblantiers qui travaillent au Fort William en 1815, Joseph Robert, a signé un contrat de trois ans pour des gages de 1 000 livres par année et une avance de 15 dollars. Ce ferblantier a commencé à travailler à la traite des fourrures pour la XY Company. Il entre au service de la Compagnie du Nord-Ouest lorsque les deux compagnies fusionnent, en 1804. Il travaille encore à Fort William en 1821, après la fusion de la Compagnie de la Baie d'Hudson et de la Compagnie du Nord-Ouest. Joseph Robert fait partie du petit groupe d'artisans qui ont passé toute leur vie à faire la traite des fourrures.

Le ferblantier occupe un rang social supérieur à celui des voyageurs et des autres travailleurs, mais inférieur à celui des bourgeois. Les ferblantiers, tout comme les autres artisans du Fort William, travaillent sous les ordres de M. James Taitt, commis principal et surintendant du fort.